Les caprices de Maurice

 

Il se faisait discret depuis le début du parcours, mais lors de cette semaine entre Noël et le Jour de l’an il a malheureusement été au cœur de nos préoccupations quotidiennes. Nous laisserons donc Maurice s’expliquer lui même sur cette semaine un peu particulière dont nous aurions aimés nous passer. Maurice c’est à toi !

Hello, me revoilà ! Maurice le van, pour ceux qui n’auraient pas suivi… Bref.
Effectivement depuis quelques temps j’avais l’impression qu’on ne faisait plus trop attention à moi. Au début du mois dernier on me parque dans un bateau à fond de cale, pour me laisser ensuite une dizaine de jours en plein soleil dans une petite ferme en roulant en moyenne 5 km par jour pendant que Monsieur et Madame mènent un combat contre des soit-disant envahisseurs verts… laissez moi rire, c’était des mauvaises herbes ! Ensuite, on me demande de reprendre du service illico presto pour allez gravir des montagnes dans l’ouest froid et humide de la Tasmanie à fond de 3 ème sur des routes pleines de bosses sous la pluie et pour finir ils me font faire 21 km de pistes non goudronnées pour que Monsieur et Madame puisse passer le réveillon de Noël tranquille sur la plage la plus au sud de l’Australie. Et puis voila qu’ils se disent que la prochaine révision pourra encore attendre quelques kilomètres supplémentaires… Je rêve. Oh, ils ont bien essayer de m’amadouer en me faisant un petit nettoyage complet de l’intérieur après leur prétendue guerre à la ferme. Mais moi on ne m’y prend pas, j’en avais marre de n’être que le moyen de transport de 2 voyageurs égoïstes. 
Donc IMGP9820voila Noël est passé, on the road again. Me voilà reparti comme en 40 vers la péninsule de Tasman un peu à l’est d’Hobart, un parc national splendide, il fait beau le soleil brille, la fin d’année approche et nos 2 amis pensent qu’ils vont pouvoir passer 4 jours peinards à profiter du beau temps, de la plage et des randonnées.  Après 12000 km et près de 3 mois de bourlingue, je crois que c’était le bon moment, pour remettre les choses à leur place, parce que sans moi pas de voyage, alors une petite gueulante de temps en temps ça fait pas de mal.  Allez hop aiguille de température à la limite de la zone rouge, un petit peu de vapeur dans le liquide de refroidissement (ça fait toujours son petit effet sur la route ça Smile), et un peu de bruit de cocote minute pour impressionner les passagers en haut des côtes.
J’espérais IMGP9881qu’ils fassent demi-tour, malheureusement ces idiots pensaient pouvoir continuer dans la péninsule pour trouver un mécanicien… ils sont pas sortis les pauvres. On est le 26 décembre et en Australie c’est Boxing Day (le jour des boites). En gros il ne se passe strictement rien et même s’il se passait quelque chose là où on est il n’y a rien. Le plus drôle c’est qu’ils ont encore continué jusque Port-Arthur en pensant que c’était une vraie ville… Qu’est ce que j’ai bien rigolé quand ils se sont aperçu que c’était en fait un complexe touristique organisé autour d’une ancienne prison (comme beaucoup en Australie en fait), et donc forcément pas la moindre trace d’un mécano ici.IMGP9848
PC250021Mais quand même le must, c’est quand ils ont ensuite suivi les indications des locaux qui leur disaient qu’il y aurait un mécanicien ouvert le lendemain à Nubeena, un peu plus loin sur la route. Parce que le lendemain, le soit disant mécanicien n’a pas voulu ouvrir son atelier pour des couillons de frenchies qu’il a pris plaisir à envoyer balader. “C’est votre assistance qui vous à envoyé ici ? Non ? Ah bon ? Bah en fait moi je fait pas de mécanique aujourd’hui.” Juste avant d’aller aider un de ces potes sous le capot de sa voiture. Et oui si dans l’ensemble en Australie les gens sont plutôt sympas il y a aussi des gros cons…  Cela dit celui-ci avait au moins le mérite de l’assumer ouvertement. Bref.
Quelques IMGP9864coup de fils à l’assistance plus tard, on a trouvé un “champion du monde” qui leur prendra 66 dollars pour uniquement me retirer le thermostat, ne trouvant pas d’autre explication à mon problème de surchauffe. Allez youpi c’est reparti pour la péninsule de Tasman… Enfin pour 30 km seulement, mes voyageurs prendront quand même le temps de visiter quelques truc facile d’accès et s’arrêterons une nuit à la sortie de la péninsule sur la route retour d’Hobart pour me refroidir.

Le lendemain (3 ème jour de galère donc), ils décident d’employer les grands moyens en me renvoyant chez un vrai garagiste à Hobart (ils m’ont encore un peu fait chauffer pour y arriver d’ailleurs mais bon, passons). Je reste donc un après midi complet chez ce garagiste à me faire ausculter dans tous les sens. Verdict mon ventilateur ne tourne plus correctement. Allez hop 200 dollars. Mes proprios gardent tout de même le moral et profiterons de la halte forcée pour visiter un peu plus la ville. 

IMGP9914PC280008
Mais ne croyez pas que j’allais les laisser s’en tirer comme ça. Voilà qu’ils se croient tirés d’affaire et qu’ils veulent aller dès le lendemain sur Maria Island, en me laissant au parking, avant de revenir pour fêter le nouvel an à Hobart. Bah moi je dis non, et au bout de 40 km je ressors le grand jeux : vapeur, bruit, tout ça tout ça… Allez hop retour à Hobart chez le garagiste. Le mécano sortira cette fois le grand jeu et m’offrira un lavage en profondeur du radiateur et un nouveau bouchon pour celui-ci. Mais maintenant plus question de laisser repartir les frenchies sans vérifier que je ne coopèrerai pas. Direction une méchante côte bien raide d’Hobart. Bon j’avoue ce lavage m’a un peu remis les idées en place et ce nouveau bouchon il est quand même vachement plus joli. Allez j’arrête de bouder, promis, je monte donc la côte sans sourciller.
Pas entièrement convaincus mes frenchies me pousserons le lendemain
sur la route qui grimpe au sommet du mont Wellington qui surplombe Hobart du haut de ses 1200 m.  Promesse tenu, je les laisse donc monter et profiter de la vue. Ils iront ensuite reposer chez des Tasmaniens bien sympas rencontrés quelques jours plus tôt  et qui les avaient invité à dormir quelques nuits chez eux à dans leur belle maison d’Hobart. Quand je vous dis que les australiens sont sympas…
Allez je les laisse fêter tranquillement la nouvelle  année après ça ils ont prévu de m’emmener au Freycinet National Park pour quelques jours avant de revenir un peu au sud d’Hobart pour travailler dans le domaine des cerises. En attendant ils vont pouvoir reprendre une activité normale : rando, animaux, photos, repos… bref la vraie vie quoi.
Les quelques jours de visite du parc national seront en effet un réel succès, malgré une fréquentation importante du lieu, en ces jours de grandes vacances australiennes. A noter sur cette côte une importante quantité de granit rose, qui en font une sorte de Trégastel puissance 10.
IMGP0059IMGP0097IMGP0114IMGP0131

Le saviez-vous ?
IMGP9742Sur certaines plages de Tasmanie, on trouve en grand nombre des coquillages percés d’un trou d’environ 2 mm de diamètre parfaitement circulaire et parfaitement taillé, et pratiquement toujours au même endroit. Nous ne connaissons pas l’origine de ces trous mais nous avons néanmoins quelques idées à vous soumettre.
A/ Il s’agit d’un espèce génétiquement modifiée pour produire des coquillages à collier “Fête des mères”. Très pratique.
B/ Ils ont été percés par une bestiole (oiseaux, insectes, parasites, autres…), pour être gobés ou autre.
C/ Les tasmaniens s’ennuyant ferme sur la plage (vue que l’eau est gelée) passent leur temps à faire des trous dans les coquillages, pour le fun.
D/ La réponse D
J’opterai personnellement pour la réponse B mais si c’est le cas j’aimerai bien en savoir un peu plus. Alors vous qui disposez de nombreuses heures de boulot avec Google illimité, si vous pouviez nous trouver une réponse à ce qui est pour nous un mystère… Merci d’avance.

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. luisito06
    Jan 08, 2012 @ 07:48:41

    Moi j’aime bien la réponse C 🙂 En même temps les australien ont toujours des loisirs bizarres (cricket, footy, vegemite…).

    Hey Maurice, fait pas la tronche! En même temps je te comprend avec des propriétaires comme ça… Bref… Moi mon proprio ils m’a emmené en road trip avec deux ptites françaises bien mimi… Rahhhh entre les mains d’Estelle c’était le pied! Moralité, demande à te faire conduire plus souvent par la ptite bretonne là, tu verras!

    Bisou cousin!

    Charlie.

    Réponse

  2. Nico
    Jan 08, 2012 @ 09:07:21

    Ca me parait clairement être une ferme de coquillage spécial « Collier de fête des mères ».

    Réponse

  3. tomtom
    Jan 08, 2012 @ 16:35:15

    Je vote aussi pour le collier de coquillages !
    Allez Maurice, t’en fait pas. Tu vois bien que même s’ils ne font pas toujours attention à toi ils te bichonnent. Courage !
    ++

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :