Lombok (partie 1)

Nous sommes arrivés à Lombok (île à l’est de Bali) vendredi dernier en milieu d’après midi. Pesant le pour et le contre, nous avons finalement opté pour une location de voiture car ici les tarifs des transports locaux sont assez aléatoires…la distance ne justifie pas toujours le prix ! Certaines fois on se dit qu’à nous deux le prix d’un vrai taxi devrait nous revenir moins cher…

Donc voilà, samedi dernier au matin nous avons pris une voiture en location pour 5 jours !

Résumé de ces cinq jours autour de lombok

1er jour : nous avions envie d’aller faire un tour sur une petite île pas loin de Lombok (situé entre Lombok et Bali), Gili Meno…donc nous avons fait le peu de route entre notre hôtel et l’embarcadère, mais le problème est que les horaires ne sont pas vraiment fixes et pas du tout indiqués dans les guides ! donc forcément, nous avons loupé le bateau qui allait à Meno ! Sinon évidemment ils nous proposent toujours la solution à touristes avec un bateau rapide où la traversée coûte 175 000 roupies au lieu de 8 000 roupies en bateau publique !

Donc la solution était d’aller sur l’île à côté de Meno, Gili Trawangan. Destination qui nous enchantait pas trop car réputée pour ses bars, ses discothèques et les gens qui y vont pour faire la fête toute la nuit. A l’embarcadère on nous avait dit qu’une fois arriver à Trawangan il y aurait une correspondance pour Meno (île très proche l’une de l’autre). Mais en fait la correspondance était 4h après…comme nous souhaitions juste y passer une nuit, ca ne servait à rien (car ici le soleil se couche à 18h30) !

Alors nous sommes restés sur cette île…dans un guide on avait repéré un hôtel pas cher, des huttes sur la plage sur la cote sud loin des bruits des festifs…nous y sommes allées, effectivement c ‘était bien pommé ! Nous avons bien marché à chaque fois pour aller manger, car là-bas y avait pas grand chose finalement !

Le bateau public était une sacrée expérience aussi ! A l’aller ca tanguait pas mal à l’approche de l’île, mais le retour c’était bien pire ! Nous avions bien cru que le bateau allait chavirer !Au lieu de casser les vagues, il les prenait de plein fouet ! On s’est pris quelques douches pendant les 45minutes de longue et pénible traversée !

2ème jour : de retour sur la terre ferme, nous avions décidé de faire le tour de l’île par le nord, donc direction Senaru, village au pied du mont Rinjani (3726m). Nous avons roulé environ 4heures, paysages côtiers se succédaient avec des paysages plus désertiques lorsque nous rentrions dans les terres…les routes n’étaient pas trop mauvaises, on roulait en moyenne à 50km…beaucoup de trous dans la route quand on s’y attend le moins nous faisaient piler ! Arrivés au début de la nuit à Senaru (après avoir cherché un hôtel que nous n’avons jamais trouvé), nous nous sommes arrêtés au premier hôtel que nous avons vu et où il y avait de la place ! Prix et confort correct nous y sommes restés une nuit.

3ème jour : Senaru est la ville de départ pour la randonnée du mont Rinjani. Ca nous disait bien de la faire mais il faut compter minimum 2 jours pour la rando la plus courte : 6h pour y monter, bivouac sur place au sommet et redescente le lendemain. Avec la location de la voiture, on trouvait dommage de perdre 2 jours pour monter là haut. Donc nous nous sommes contentés d’aller voir le matin les cascades au environ. Puis départ pour le village de Tetebatu (non non nous ne sommes pas allés faire un tour en afrique !), village qui se situe de l’autre côté du mont. Le gars de la location nous avait conseillé la route qui passe entre les montagnes plutot que la route cotière (il nous aurait fallu un 4-4) ; c’est ce que nous avons fait. Les deux premiers km je me suis demandée si nous allions pas faire demi tour car la route était vraiment défoncée, on roulait à 20km, c’était un vrai rodéo ! Et puis il y a eu des portions plus tranquilles…on traversait des villages bien pommés où tout le monde regardait si c’étaient des locaux ou des touristes dans la voiture ! 5 heures environs de route nous a fallu pour arriver à destination ! Routes bien stressantes, trajet épuisant nous étions bien contents d’arriver enfin ! Nous avions trouvé une adresse sympa pour dormir dans les rizières, dans une hutte style Sasak (une des ethnies indonésiennes)…c’était bien sympa et nous avons bien dormi !